Tout savoir sur le syndrome des jambes sans repos

Les dénominations sont multiples : syndrome des jambes sans repos (SJSR), impatience dans les jambes, impatiences nocturnes, maladie de Willis et Ekbom, syndrome d’impatiences musculaire de l’éveil, impatiences. Dans tous les cas il s’agit d’un trouble ressenti principalement dans les jambes et qui a pour principale conséquence de nuire au sommeil voire même de provoquer des insomnies. Ces troubles qui se développent dans l’intimité ont donc des répercussions sur le quotidien en raison de l’accumulation de la fatigue.

Qu’appelle-t-on les jambes sans repos ?

Concrètement il s’agit de douleurs dans les jambes quand celles-ci sont au repos. Cela peut être une sensation de picotements (que l’on appelle aussi impatience), de brûlures ou de courants électriques. Pour d’autres personnes, cela est décrit comme l’impression d’avoir de l’eau ou des insectes sous la peau.

Le syndrome peut se manifester sur une seule jambe ou sur les deux et plus rarement dans les bras. Et dans 2 % des cas, les symptômes sont présents plusieurs fois par semaine.

La sensation provoque des mouvements involontaires, la personne se gratte, se masse, bouge les membres, y compris dans son sommeil, jusqu’à 2 ou 3 fois par minute. Et surtout cela se produit la nuit ou quand la personne est au repos (assise longuement en voiture par exemple).

Il s’agit d’un trouble neurologique qui touche environ une personne sur dix et qui est influencé par la génétique. Les femmes sont plus souvent atteintes que les hommes. Enfin les symptômes apparaissent surtout à l’âge adulte, mais les enfants peuvent également être concernés.

Quelles sont les causes du syndrome des jambes sans repos ?

Le syndrome des jambes sans repos est classé en deux types.

La forme primaire est la plus mal connue. La source est familiale et génétique, mais les scientifiques n’en savent pas vraiment plus. Elle est donc difficile à comprendre et à soigner.

La forme secondaire trouve sa source dans l’hygiène de vie. Cela peut venir d’une carence en fer, d’une carence en acide folique, d’une maladie chronique, de la grossesse, de certains médicaments, de la caféine, de l’obésité, d’une carence en vitamine B12.

Connaître les causes de SJSR est indispensable pour trouver un traitement.

Comment soigner le syndrome des jambes sans repos ?

Avant toute chose, il est nécessaire de prendre rendez-vous avec un médecin et de faire tous les tests permettant d’établir avec certitude le diagnostique. En effet, il n’y a pas de traitement général, mais plusieurs possibilités en fonction de la cause à l’origine des impatiences nocturnes pour le patient concerné.

Le traitement se fait toujours par le biais d’une prescription. Il peut s’agir d’un complément alimentaire, d’un changement de médicament, etc. Pour certains, il suffit de limiter la caféine, pour d’autres, il faudra attendre la fin de la grossesse ou alors perdre du poids.

Il ne faut pas espérer que le syndrome des jambes sans repos disparaîtra de lui-même. Au contraire, sans action, les symptômes ont tendance à s’accroître avec l’âge.

Comment soulager le syndrome jambes sans repos ?

Il est important de chercher à soulager les impatiences dans les jambes dès que vous pensez en être atteint. En effet, cela trouble le sommeil en créant des micro-réveils tout au long de la nuit. Le sommeil étant essentiel, cela finit par influencer le quotidien, l’humeur et la santé en général.

Avant toute chose il ne faut pas chercher à réprimer les mouvements involontaires des jambes. De plus il est possible d’effectuer un massage le soir et le matin qui atténuera les symptômes.

Enfin l’alternance de chaud et de froid peut également soulager.

Peut-on prévenir les impatiences nocturnes ?

Si vous avez connaissance de personnes souffrant du syndrome des jambes sans repos dans votre famille proche, alors il est important de tout faire pour limiter les risques, mais c’est sans garanti.

Pour cela il est important d’avoir une alimentation équilibrée et d’éviter les carences en fer, vitamine B12 et acide folique. Il faut également s’assurer de ne pas entrer dans l’obésité. Enfin lorsque vous êtes malade, signalez à votre médecin vos antécédents familiaux pour qu’il vous propose le traitement le plus sûr possible.

Peut-on prendre des somnifères quand on souffre d’impatiences dans les jambes ?

Cette question doit être posée à votre médecin traitant. La prise de somnifères est en effet une possibilité, mais cela ne règle rien sur le long terme. Il faut donc vous faire accompagner par un professionnel de la santé pour trouver ce qui vous convient le mieux et ce qui améliorera votre qualité de vie.

ut porta. dolor Curabitur ut ipsum